“Everything changes when you start to emit your own frequency rather than absorbing the frequencies around you, when you start imprinting your intent on the universe rather than receiving an imprint from existence.” ― Barbara Marciniak

☛  Post Map @ -*- English -*- Français -*- Kreyòl

Livres en Français @ Bienvenue!
English Books @ Welcome!
LIV AN KREYOL @ BYENVINI!
Autres / Other (Agenda, Journal, Editing)@ ShedMontfort Writing

2006 – 2017… Tout un voyage!

 https://shedmontfortbooks.wordpress.com

Bay kou, blye…

Bay kou, blye. Pote mak, sonje.

Gen de bagay ki rive nan vi w, gende sikatris ou pote sou kè w, nan kò w, nan nanm ou, menm si ou ta vle esplike yo ou pap kapab. Sa k’ap di w “degajew depase l”, sa k’ap di w “sispann bay tèt ou problèm”, sa k’ap di w “aji an granmoun”, sa kap di w “kot saw paka jere a”… youn nan yo pap viv sa ou menm w’ap viv la.

Li fasil pou w kritike lè se pa andan w kap fann chak fwa souvni yo remonte. Se nòmal pou w trouve lòt la ap fè makak, fè lobèy. Se nòmal pou w’ap di l poze, rilaks, li pa bezwen nan fè tèt cho. Men jan kreyòl la di a “abse a pa nan kò w, w’ap rele peze.”

Pa konprann se fou w’ap fou lè moun pa konprann ou. Pa konprann se fou w’ap fou lè moun ki ba w kout kouto a trouve se tròp atò pou w’ap anmède l nan chèche konprann pouki. Lè w pran on ti tan pou w kalkile sou la vi w, lè w gade valè fwa menm bagay la pase nan vi w, lè w gade valè fwa ou menm tou ou blese lòt moun menm jan an, se bagay pou w ta mande eske se on devenn kòde ou gen dèyè w, eske pa gen kèk madichon granmoun yo te blye pale w de li k’ap rapouswiv ou.

Bay kou blye, pote mak sonje

Li nòmal pou on ti bagay ki parèt byen senp pou lòt moun parèt tankou on epe damoklès anlè tèt ou. Se ou ki konnen sa w te viv, se ou ki konnen kisa ki pase anndan w, se ou ki konnen ki moso nan ou ki mouri. E se ou sèl ki konnen sa ki travèse w chak fwa souvni yo soti pou toufe w.

Si w te konn kite moun fè w wont paske w poko ka geri, sispann. Si w te konn kite moun fòse w aji tankou anyen pa di w anyen, sispann. Si w te konn kite moun fè w anvi mouri le y’ap pase w nan rizib oswa di w mete fanm/gason sou ou, sispann. Ou gen dwa pran tan w pou w geri. Men fòk ou degaje w fè on ti pa an plis chak jou pou w ka avanse pi devan. Ou gen dwa pran tan w pou w santi sa w’ap santi a. Men fòk ou fè efò chèche ki leson ou ka jwenn ladann pou ede w grandi. Ou gen dwa anvi rele, anvi kraze, anvi dechire sa ki lakòz doulè w la. Men fòk ou chèche depase sa ki rive w la. Nou tout se moun. Nou tout gen kwa pa nou n’ap pote. Menm moun k’ap pran pòz opilan yo gen chayi pa yo y’ap pote.

Bay kou blye. Pote mak sonje.

Wi w’ap sonje sa ki rive w la. Wi gende jou w’ap mal pou fèmen je w sou li. Gende jou w’ap fè nwit ap mande tèt ou pouki. Men mak sa a dwe fè w sonje ou travese on eprèv ki te ka touye w, men ou la toujou. Ou bay san, ou rele, kè w bloke, ou manke toufe. Moun ba w manti, moun pase w nan tenten. Yo fè w konprann sa’w te wè a se pa sa. Yo fè’w konprann se tèt ou ki pa dwat. Men ou la toujou. Ou travèse, ou kanpe. Ou rive souri. Ou rive fè lòt souri. Mak la pa la sèlman pou’l fè w sonje ou soufri. Men li la tou pou fè w konnen ou vivan! Ou depase! Ou se on solda. Ou genyen on viktwa.

 

Important: adjective

  • of great significance or value.
  • (of a person) having high rank or status.
  • (of an artist or artistic work) significantly original and influential.

You are important … meaning you hold a certain value, you are an asset to whatever advantage that is sought

You are important to me… meaning you play a key role in my life, you are among the whats and the whos I need to make my life complete

How many times have we used these words simply to tie someone down, make them believe in a seemingly important status, only to trash them aside when their role is no longer required? We make plans, we set goals, we work towards our dreams… yet we forget the impact these important facts have on the ones we supposedly gave a certain status of “importance”. We drop the bombs out of the blue, as if, as light as a feather, they will not shatter the balance of those oh so valuable someones we pretend to care about.

This is an introspection which is meant to force you to reach out or should I say, reach in yourself for that part where lies the key to your life, the key to your very being, the core of what makes you YOU. This is an introspection not meant to be fully understood by all, yet seeking to force all to SEE. Your words, actings, silences,… the whole package that makes you the one you are, that entire set can bring up a soul or completely crash a life…

Don’t give out titles if you don’t mean to act upon them. Don’t say words just for the sake of saying them. You don’t know how deep the prints go…

Pointless

We each were born into this life with our dreams, our aspirations. We each wanted to do things, achieve things, build things. We each wanted to be known, recognized for our greatness, loved, cared for, cherished. Some of use wanted to be popular, wanted their faces on build boards, their names on all lips. Some of us wanted the intimacy of being anonymous in their good deeds, the joy of bringing hope, the thrill of putting a new life back on track…

Yet one day, we all wake up and wonder why? What is the point of any of this? What is the use of fighting if a life can be destroyed over nonsense, with no explanation, no warning, no shame? What’s the point if out of the blue, a lunatic can shatter a network simply by aiming someone out of hate, fear, madness or simply because the job was paid for?

Some people say this and that country is the issue. Some others, this and that group is the issue. More others, this and that ethnic crowd is the issue. Some take to guns, some take to demonstrations, some take to riots, some take to hiding. All and all, all are motivated by fear, hatred, anger. Is that what will save us and make the change?

I have come now to wonder, what actually can save us and make the change? Some say religion, some say new government, some say leave the country, some just remain numb. I am out of words, once more in less than 2 weeks. I am out of words and lost in translation.

Do I need to still try and be a better person? Or should I just follow the herd, become inhuman till the day I die?

 

2006 – 2017… Tout un voyage!

Entre l’écriture et moi… Une histoire de passions, de déchirements, d’angoisses, de séparations amères et de retrouvailles enivrantes…

Dans mon “ERRANCE”, cherchant à guérir de mes blessures, je me suis “MISE-A-NUE”. Il est parfois bénéfique d’interrompre le silence par le cri de nos émotions “UNVEILED”. Ainsi ai-je compris combien la vie était “PHENOMENA“.

Après un temps de pauses et d’introspections, j’ai pu immortaliser mes “EPHEMERIDES”. Je me suis tournée vers la spiritualité avec un “COEUR EN VEILLE”, cherchant à comprendre le sens du tumulte en moi. Ne voulant rien oublier de mon vécu, j’ai retracé les “VISAGES IMMORTELS”, ce qui m’a porté à admettre l’aspect plutôt “PECULIAR” de mon existence.

Suite à un arc-en-ciel d’événements et d’émotions sans précédent, je me livre donc “HEART & SOUL” à la Puissance régissant l’univers. Dans l’espoir de réponses, mes pas me porteront peut-être vers les souvenirs d’antan pour admettre mes “CONFUSIONS”, confronter mes “ILLUSIONS” et traverser mes “NUITS BLANCHES”. “IRONIE ET SARCASME” font pourtant le poids sur la balance… Tout a sa raison d’être… ou de ne point être…

L’existence est une pièce à “DOUBLE FACE”. Il faut savoir quand avancer et quand se tourner vers les ARCHIVES du temps d’autrefois… Le plus important, peu importe la route, l’expérience ou les charges s’imposant, il ne faut point perdre de vue que la clef de toute existence reside dans la recherche de “KLETE NAN KALVE”.

https://shedmontfortbooks.wordpress.com/

Bak Fritay

M’ap gade l, l’ap gade m. Men nou youn pa wè lòt. Nou pèdi nan sa ki te pase, nan sa ki pa egziste, nan sa nou paka rejwenn, nan sa ki pap janm tounen.

Mwen souri, li souri. Men nou tou de pèdi nan sa nou paka wè, tankou moun ki kanpe dèyè vitrin k’ap imajine sa ki te ka pase, sa ki te konn pase, sa nou paka blye.

Jodya menm jan ak tout lòt jou, si se pa pi plis menm pase lòt jou, m’ap poze tèt mwen kesyon, m’ap reflechi, m’ap kalkile. Nou chak pèdi nan sa k’ap travèse anndan’n, nou chak ap gade nan yon direksyon, men pa gen anyen ki di n’ap reve menm bagay.

Tankou on bann moun ki kanpe devan on bak fritay, n’ap gade lavi a k’ap pase. N’ap sonje jou ki pase, n’ap sonje ane ki ap pwoche. Men nou chak ap tan, men nou youn pa vini pou achte menm bagay.

DISPONIBLE EN LIGNE

Réminiscences

[…] Je me souviens de tant et tant de choses que je n’arrive à savoir ce qui m’a le plus fait sourire, ce qui m’a le plus fait plaisir. Je me souviens de tant de moments de tendresse et de pleurs s’étant succédés si étroitement que l’un et l’autre ne font presque plus qu’un. Peut-être est-ce cet aspect là qui les rend si précieux? Peut-être que sans ce mélange singulier tout aurait été fade, sans grande signification, sans implication…

Des mots, que de mots ! Encore et toujours des mots, à l’infini, qui ne finissent jamais de dire ce que les hommes gardent au fond de leurs tiroirs, au coin des miroirs, sur la table de leur cœur.   Des mots ! Que des mots pour décrire un univers si fascinant, si merveilleux, si…. immortel !

[…] Une symphonie rien que pour moi, rien que par moi, à chacun de mes pas, à chacun de mes soupirs, une note en plus s’ajoutant à cette portée représentant mon territoire au cœur des astres. Ma mémoire ! Oui ! Ma page d’histoire bien à moi ! Rien qu’à moi, juste à moi avec tout ce qui s’est joué sur ma peau, en mon âme, en mon sang !

…Mon talisman… tisser de la force de mes larmes, de mes erreurs, de mes peurs, de mes défis, de mes actes de grandeur. Mon arme ! Un talisman incrusté dans ma chair, qui me parle de ma vie et de ses fontaines… Les fontaines ! Chacune regorgeant de ce que j’ai vu, fait, ressenti, éprouvé !… Qu’il est doux de plonger au fond d’elles et de me rappeler à l’infini ce qu’elles renferment ! Même les poignards et les ronces ont une part de lumière, une part que je n’aurais connue si je ne les avais acceptés…

Extrait de Mise-à-Nue

Klète nan Kalvè – Livres en Folie

Lavi a dròl se vre, men li bèl tou… Pa janm sispann chèche Klète nan Kalvè w … 

Article du journal “Le Nouvelliste”: http://lenouvelliste.com/article/170917/klete-nan-kalve-requiem-et-hymne-a-la-vie

DISPONIBLE EN LIGNE

 

Pwezi an kreyòl – Klète nan Kalvè


Jou mwen kwaze ak lanmò
Pat gen rèl
Pat gen pale anpil
Bon zanmi m te bò kote m
Sete manman m
Sete lavi m

Jou mwen kwaze ak lanmò
Pat gen moun ki te avèti m
Li te nik parèt
Sou fòm on figi di
On figi lavi a te depafini
On figi ki te ka sanble ak avni m

 

DISPONIBLE EN LIGNE

Selon Le Nouvelliste: http://lenouvelliste.com/article/170917/klete-nan-kalve-requiem-et-hymne-a-la-vie

That ride called love!

When you are young and think about love, you picture this big cloud taking you high up in the sky where nothing can possibly touch you and pull you back down… As you grow and gain a certain “life wisdom” you realize that love is anything and everything BUT that!

Love is your emotions going haywire while you are still unable of breaking that bridge. Love is getting pissed off so badly your gut hurts, yet you cannot/will not hurt that other person because you know that by doing so you would hurt no one else but yourself in the process. Love is having your reason (your brain) and your emotions (your heart) totally and inexplicably at war because you know (yes you DO) that no matter how much you try to convince yourself otherwise, you know when you are in the wrong and what is hidden (or at least what you are trying to hide) behind the surface. Love is watching your dreams crumble as the years go by simply because you have put someone else’s wellbeing before yours (you may or may not regret it in the long run) and only you know just why you had made that sacrifice. Love is wanting to strangle, beat-up, and car-crash that other person, but hey! You are not a criminal and you are far too deep in your empathy towards the other to actual act upon your desire for madness. Love is accepting the unacceptable (according to your standards and needs), love is putting (exactly) those needs on a lesser level just to be there for the other person.

As you have realized, this is not a lovey-dovey type of text. It’s the downright, crude, raw, undiluted truth about what “love” is all about regardless of the type of “love” we are referring to. It isn’t all roses and sunshine. It isn’t all pink and red and hearts and kisses. It’s the dark sky, heavy rain, mudded routes, shadowed hallways, sleepless cycles, hair-pulling moments… and we could go on and on.

Do not lie to yourself! Be honest! Sit and BE HONEST. You have gone through those days you would give just about anything to have the power to push the other down a 10-story building then resurrect him/her and wash his/her memory just so you would feel better…. Good news is, that’s normal!!! You are human!

So now, after you are done thinking me either right, crazy, sarcastic or downright funny, take some time and BREATHE! The ride is never stable… Breathe and carry on my friend! Good luck and “may the force be with you.”

Puzzle

Life is a puzzle with so many pieces that it takes years to fully understand the whole picture. Each of us is a tiny piece. Yet we are so obsessed with fighting our “way out” that we forget to build our “way in”.

You are a piece of that puzzle called life. It may take days, months, or even years for you to find your right place. Do not ever settle for a spot that simply seems right just because you want to fit in. Do not lose your integrity just to be accepted by the “clan”. Remain genuine, no matter the time and place. Protect your soul no matter who comes up against you. Remember! If they come up to fight you, it is because they see in you what they can never be. Do not allow them to turn you into what you are not. If you do not fit, don’t force it. Carry-on! Your true space is somewhere along the way. Set your heart and you will find it.

Au revoir

– Je voudrais que mes enfants réussissent là où j’ai échoué…
– C’est à dire…?
– Qu’ils réussissent dans tout!.
– En quoi penses tu avoir échoué

Silence

Et après tu me demanderas pourquoi je me tais, pourquoi je préfère me murer et prétendre que tu m’es indifférent, pourquoi je ne pose plus de questions, pourquoi je reste constamment dans les nuages, pourquoi mon regard est embué

J’ai quelques fois l’impression de n’être qu’un jouet; un jouet qui semble demander d’être contrôlé, maintenu sur le qui-vive pour ne point échapper à ton emprise; un jouet qui, s’il ose pour une fraction de seconde se prendre pour autre chose, mérite d’être châtié et remis a sa bonne place en l’ignorant tout bonnement. Tu lui ouvres une brèche et lui, pauvre jouet sans valeur se croyant enfin digne d’un autre titre, y plonge tête baissée pour que tu aies la satisfaction encore une fois de lui claquer au visage la porte des limites imposées tout en lui chantant sur tous les tons combien il est « important » et à quel point il a la « priorité ». Je finirai bien par apprendre clairement la leçon et aller de l’avant enfin convaincue que jamais je ne serai de ceux et encore moins de celles connaissant tes secrets, tes angoisses, tes escapades…

Je ne semble plus mériter “ta profondeur”. Tu t’es trouvé autre point d’attraction, autre ouverture pour ta passion, donc tu ne me réserves que les moments creux du jour-le-jour, des habitudes non-nécessaires, de ces choses relayées au grade de passe-temps pour justement faire passer le temps sans engagement particulier.

Je ne m’attends presque plus a rien et me mords les doigts à chaque fois que je me permets un écart puisque, admettons le, il semblerait que nous n’ayons jamais vu les choses de la même façon.

– Donc… Tu as peur d’avoir des enfants?
– Ce n’est pas juste une affaire d’avoir peur … J’ai été traumatisée…?

Je porte la marque de la perte, de la douleur, du rejet…

Je porte les insultes d’un père; celles de celui que j’avais cru un ami; celles d’un amant trompeur et dominateur menant pourtant sa vie; celles d’un être avec qui j’aurais pu “donner” vie, mais qui a préféré me rejeter trop encré sur sa personne… si concentré sur sa personne qu’il m’en a fait porter seule la lourde charge.

Je porte la marque d’un amour déçu, un amour vaincu, un amour non partagé, un amour que j’ai du laisser partir, un amour que je cherche depuis bientôt 5 mois, un amour qui se refuse à m’approcher parce que ma faiblesse l’avait repoussé. Je porte la marque de mon échec et j’ai peur que cet amour ne veuille plus de moi, que cet amour ne me juge indigne de me gratifier d’une seconde chance.

Je porte la marque de mon coeur brisé par ton insouciance, par tes humiliations, par tes silences, par ton indifférence, par ton désir de n’assouvir que tes envies sans te rendre compte que je suis bien plus qu’un corps, bien plus qu’un réceptacle, bien plus qu’une porteuse.

Je porte en mon coeur la griffe de tes non-dits, la brulure de la découverte de tes interdits, la gifle toujours renouvelée de tes secrets inavoués pourtant exposés comme pour me défier de prendre une quelconque position sans me tourner en ridicule. Oui bien des fois je me suis posée la question. Je me suis demandée si vraiment je ne risquais de revivre ce cauchemar, si vraiment je ne misais pas trop haut, si vraiment je pourrais assumer…. Oui mes peurs me bloquent. Mes peurs autant que mes peines.

– Ecoute, je te disais donc que ce n’était pas qu’une affaire d’avoir peur d’avoir des enfants. J’en ai déjà perdu un, tu te rappelles? Cela a causé un traumatisme dont mon corps et mes émotions portent encore les séquelles
– …
– …???
– Je t’ai entendu. Tu es traumatisée, tu portes des séquelles. J’ai entendu.

Silence.

Je crois qu’un être peu changé, pas juste prétendre de prendre une bonne résolution pour se retenir de couler et continuer à flotter, mais réellement changer pour le meilleur de lui-même. Mais faudrait-il encore qu’il le veuille. Faudrait-il encore qu’il accepte de laisser sa zone de confort, qu’il accepte de laisser les idées reçues, qu’il accepte de grandir et de muer en une autre version de lui-même.

On SAIT quand quelque chose ne va pas. On SAIT quand on est dans le faux. On SAIT quand on se fait berner… Mais on ferme les yeux pour ne point avoir à se battre, pour ne point avoir à se blesser, pour ne point avoir à se justifier, pour ne point avoir à se faire humilier… Mais on SAIT, encore et toujours, même quand on garde silence. On SAIT. Il suffit juste d’ouvrir les yeux et de prêter attention à ce qui ne se dit pas et le message s’y trouvera.

Je suis au bout du rouleau. Je suis à la dernière ligne droite. Je ne te dis pas non-sincère, je ne dis pas ton amour faux. Je dis simplement que moi j’en ai assez de me battre, assez de me sentir inutile, assez de me d’être relayée dans un coin, assez d’être toujours disponible mais ne rencontrant que le vide, assez de surprendre ces regards furtifs disant longs, mais que je prétends ne point voir afin de ne pas saper le peu de paix intérieur qui me reste, assez de ces gestes anodins dans mon dos pour mieux maintenir les apparences, assez de ces mots à triple sens, de ces sourires en coin. Je suis à ma limite. Je ne tenterai plus rien. Je ne cacherai même plus mon désarroi ou mon dégout de certains aspects. Je ne laisserai pourtant pas mon coeur s’endurcir. Non! Personne n’aura la satisfaction de me dénaturer.

Tu as toujours quelque chose à cacher. Tu auras toujours quelque chose à cacher. Tu as fait choix de toujours maintenir une vie cachée. Moi, je ne suis que fatiguée. De tout cœur, je souhaite vraiment que le jour de ton réveil te soit bénéfique. De tout cœur je souhaite que cette réputation a laquelle tu tiens si fort saura bien te tenir compagnie. Moi, je ne fais que compter les jours, les heures, les silences qui en disent long, les malentendus et les compromis.

Letting go

i am not from your world
my words are what i mean
my gestures dont hold double meaning
my smile is genuine
my heart forever binding

i am not from your world
i dont trouble what i claim as mine
i dont hide and seek so i can shine
i dont yell then hide behind a smile
i dont fret and pretend i am blind

i am not from your world
you and i were meant to crash
yet here i was thinking we could fly
better late than never
even with blood on my hands
i am finally letting go
of what can never stand

Is trust overrated

TBT – August 2013

I woke up this morning with the weirdest thought. Is it that my brain is on fire? Or is it just that my heart has forgotten the meaning of peace? Could it be that this world, as we had seen it in the most beautiful state of age is nothing more but a myth? All are behind closed doors, showing nothing more than masks hiding their true colors. If you wish to be considered worthy, then join the pretense dance! Dare to show feelings, or the forbidden vulnerability and you will find yourself crushed and pushed aside even by your very own kin.

Is trust truly overrated? Has it now turned to a way of life to always keep a knife in one hand while extending the other filled with honey supplies enough to have an entire bee community dive in? Is trust and all known “values” truly overrated? Do I need to find the Einstein’s machine to turn myself into a monster or can I still dare make use of my humanity?

Adjust Your Vision of Life

Nothing is just black or white.  It is our role to adjust our vision and make the best of whatever the situation.

Our mental state, beliefs, fears… these are among the few that actually give shape to our perception of life. Indeed at times things we never wished for will knock on our doors when we seemingly less needed them to appear. But if we look closer and truly “adjust our vision”, the lesson to be learned, skills to be acquired, values to be nurtured will wink and smile back at us no matter how deeply hidden they are behind our obvious opponent.

I am not trying to “sound” wise. This is mostly for me, so I remember when I feel like giving up, so I remember when doubts hit me full force, so I remember when my eyes are burning so badly… Miracles DO happen! And the First and Greatest Miracle of all is ME.

I may go through what I see as trials, carry what I see as burdens, face what I see as unstoppable enemy… As I adjust my vision I see lessons, tools for the future, growth opportunities. Letting them put me down is my choice. Yes I will reach a point where I won’t know which way to go; yes I may reach a point where I will break; but NO I will no longer forget that power within me, that Power in which I find the will to move on, that POWER with which no matter the trial, burden, ennemy, I Am Unstoppable.

Klète nan Kalvè, pwezi an kreyòl

Lavi a dwòl. Li bèl se vre, men li dwòl. Ou ka ap pare kò ou pou ou selebre, epi li menm li deside fè ou krye. Ou ka pat gen espwa, epi on sous rete konsa li ouvè devan ou. Ou ka te nan pi bèl plas ki te ka egziste, epi san ou pa wè kote li soti, on loraj lage ou nan mitan dezè…

Lavi sa a… Lavi sa a gen anpil pòt, anpil wout, anpil bagay nou paka imajine, anpil bagay ki fè kè nou sote, anpil bagay ki fè kè nou fremi… Lavi sa a di nou al dousman : travay, men pran ti chèz ba ou pou ou aprann ; jwi lavi, men kenbe on pati nan kè ou pou refleksyon ; di sa ou santi, aji jan ou vle, men pa blye chak jou pote koulè pa li.

Je n’ai pas que ça a faire!

Tout semble aller.  Mais quelques fois, une ombre fugace se pointe, sortie de nulle part. Juste un mot, un regard, un geste… Et la spirale noire s’ouvre et m’engouffre. 

J’ai lu quelque part une phrase qui m’a fait réflechir: “On n’oublie pas. On fait juste semblant”. Cela m’a fait rire, simplement parce que j’ai refusé de pleurer et de laisser cette ombre prendre le dessus. “Le temps ne guérit pas. On se guérit soi-même”. Vraiment? Et comment?… Mais faut admettre qu’il y a bien du vrai en cela. “Tous ceux que tu aimeras ne resteront pas. Ils ne feront pas tous preuve de loyauté. Certains n’existent qu’en exemple de ce que tu dois éviter”. Ce coup là fait mal. “La loyauté est chose rare. Quand tu la trouves, fais tout pour la garder”. Encore faudrait-il que l’on puisse <voir>, que l’on soit sur la bonne <fréquence> et, beaucoup plus important, que l’on sache concrètement ce que l’on veut de la vie, pour SA vie.

A la fin, “Tu dois être ton propre héro parce que chacun est occupé à essayer de sauver sa peau. Une vérité pure! Pourquoi attendre de quelqu’un d’autre ce que je peux faire par moi-même, pour moi-même sans avoir un quelconque sentiment de dépendance ou encore sans avoir un rappel constant d’une reconnaissance attendue. Il y a juste une chose que je dois obligatoirement graver en mon fort intérieur, sur chaque mur de ma vie, me faire tatouer même s’il le faut: “Plus tu porteras de colère en ton coeur contre ton passé, moins tu seras en mesure d’aimer le présent”.  Ce fut mon lot pendant si longtemps! Et il m’a fallut un déclencheur particulièrement violent pour me libérer de cette emprise malsaine. “Je me mets plus en colère. J’observe, je réflechis et je m’éloigne si nécessaire“.

Centrer mon énergie sur ce qui ne me fait que du tord?… Je n’ai pas que ça a faire! La plus grosse leçon qu’il me reste à apprendre et à accepter maintenant est le fait que “Si tu donnes tout ce que tu as et que malgré tout ce n’est toujours pas assez, alors tu es en train de tout donner à la mauvaise personne“. J’ai déjà commencé. Je n’en suis déjà pas si loin puisque j’ai compris que certains efforts étaients perdus d’avance. “Ne te perds pas en essayant de t’accrocher à quelqu’un qui ne craint pas de te perdre.” Il y a bien une réalité que l’on ne peut cacher. “On crée toujours le temps pour ce qui est et ceux qui sont importants à notre vie“. Les priorités se dévoilent d’elles-mêmes même lorsque les mots tentent de les camoufler.  Il suffit juste de prêter attention. “Les vibrations (ce que nous appelons le 6eme sens) en disent plus long que les mots“.

Oublie l’erreur, mais garde la leçon en mémoire”. “Prête attention aux non-dits“. Ce que tu cherches s’y trouve fort souvent caché. “Les gens sont plus ce qu’elles cachent que ce qu’elles disent” donc “Si quelqu’un te fait sentir qu’il s’en fout, crois bien qu’il s’en fout vraiment“. Mais ne perds pas espoir pour autant. “Les orages permettent à l’arbre de s’encrer plus profondément“. Et quand enfin tu arrives à te faire face sans peur, sans honte, nu(e) dans ta vulnérabilité, malgré les blessures, dans la beauté de tes cicatrices “La paix intérieure fait de ton monde un paradis“.

Droit au silence…

De nos jours, le silence est presque tabou. Tout le monde a droit à une opinion. Chacun peut dire ce qui lui passe en tête sans retenu, sans censure, sans considérations et bien sûr sans modérations. De nos jours, tout le monde dit tout.

Garder silence est considéré comme injure. Garder le silence est symbole de manque de personnalité. Garder le silence implique qu’on plie le dos. Garder le silence projette l’image d’une supposée résignation laissant croire, apparemment, que l’on accepte de se transformer en marchepied de quiconque s’estimerait plus fort ou plus rusé.

J’ai lu quelque part une pensée qui m’a interpelée: “the quieter you become, the more you can hear”. (plus on devient silencieux, plus on entend). Ai-je donc le droit de garder le silence ? Ai-je le droit de m’estimer plus à l’aise dans cette carence de mots dans un monde où les mots n’ont plus aucune signification ? Ai-Je le droit de me taire dans une société où l’on ne fait que rouspéter à tue-tête comme des bêtes de foire, vociférant pour faire preuve d’esprit et de puissance ? Ai-je donc le droit par mon silence de faire passer un message ? Ai-je donc le droit par mon silence de dire non à toutes ces folies que l’on estime normales, à ces frasques d’une génération en débandade, à ces faux-semblants cachant un mal encore plus grave ?

Je réclame ce droit au silence. Le droit de ne point vouloir me salir dans l’insalubrité sans forme dans laquelle baigne un monde en mal d’être. Le droit de puiser dans le silence la force de faire face aux dérives de cette mer agitée. Le droit de ménager l’usage de mes mots pour les situations s’en trouvant dignes. Le droit d’être différente. Le droit d’être une âme cherchant sa route, se frayant un passage à sa façon.

Un silence qui tue

J’ai les doigts sur le clavier… Rien! Pas un mot. Rien. Juste le vide et ce sentiment d’être totalement perdue, sans recours, sans voix… J’ai l’impression de m’être perdue sans trop savoir vraiment comment. De nombreux événements me viennent en tête, mais aucun ne peut vraiment justifier ce trou que je constate.

Je le regarde du coin de l’œil. Qu’ai-je bien pu lui trouver ?! Dire « rien » serait mensonge. Ce n’était guère une affaire de beauté, de style ou d’avoirs, mais plutôt de personnalité, de cœur, d’humanité cachée… Du moins, c’est ce que je me suis laissée croire. Peut-être avais-je quelques problèmes visuels en fin de compte. Mes repères étaient sans doute faussés à force d’avoir trop côtoyé de spécimens à problèmes, en partant de ce géniteur qui n’avait de « père » que le nom pour arriver à ce phénomène trompeur m’ayant ensorcelée par sa réserve pour aboutir à… ça! Cet être particulier sur qui j’ai misé mes dernières années, mes dernières espérances.

Je le regarde et vois oh combien de larmes versées et de mensonges tissés, empêtrés, enroulés, mélangés au point de devenir sa propre réalité. Je le regarde… Lui? Il ne me voit pas, trop entortillé dans ses pensées et ses fantasmes, trop embrouillé dans ses tours de passe-passe, dans ses cachoteries à même la peau. Je détourne le regard et me perds dans le paysage, les doigts posés sur ce clavier, le cœur lourd de trop penser.

– Chérie…
– Hm…?
– Tu boudes.
– Hm… !
– Qu’est-ce qui ne va pas ?

Silence…

Comment te dire? Mais qu’est-ce qui ne va pas ? Vraiment?! Que sais-je ? Voyons un peu ce qui ne va pas. Ces appels inconnus que je fais semblant d’ignorer. Ces surnoms que je croyais précieux, mais qui sont en fin de compte de la rubrique de l’ordinaire. Mon nom qui devient mot de passe pour signifier un empêchement à tes batifolages. Quoi? Tu ne me croyais tout de même pas assez sotte pour ne pas m’en rendre compte! Quand même!

J’ai un goût amer à la gorge, ce même goût qui remonte à chaque souvenir, à chaque impair, à chaque impasse. J’ai un goût amer au cœur, ou devrais-je dire une brûlure pure et simple qui me tenaille, comme un déchirement dans mon sein. J’ai tellement envie de te faire mal, de t’arracher ces mots qui me libèreraient, oui ces aveux retenus qui m’étouffent…

– Chérie…
– Hm…?
– Qu’est-ce qui ne va pas ?
– Rien…

Que voudrais-tu que je te dise au fait? Sérieusement! Que pourrais-je dire que déjà tu ne saches? Soyons honnêtes pour une fois, juste une toute petite fois! Si bien sûr cela figure dans tes capacités. Je peux tout accepter, pourvu que je sache. C’est tout. Savoir à quoi m’en tenir, savoir ce qui est en jeu, savoir qu’au moins en cela j’aurai été différente, savoir que tu peux te dire en ma présence sans craindre mes critiques puisque simplement je SAIS. Mais c’est trop demandé n’est-ce pas? Quel en serait le sens si déjà je savais? Quel en serait le sens si ton interdit était ouvertement permis? Quel en serait le sens n’est ce pas? C’est bien là le problème. Cette pulsion, ce désir de l’incorrect, cette attirance pour la luxure, pour la double vie… c’est bien cela qui t’attire. Menteur et joueur! Tu le dis ouvertement de toi-même, comme une excuse, comme une identité que tu assumes, comme une carte de visite que tu m’imposes. Menteur et joueur. Comme une bande-annonce, un prétexte de plus pour me signifier que je savais dans quoi je m’embarquais. Menteur et joueur. Mais arrêtons là les prétextes hein! J’ai été assez naïve pour toute une vie.

– Chérie…
– Quoi ?
– T’es lointaine et tu m’ignores.
– Je ne t’ignore pas. Je réfléchis. C’est tout.
– Ok… A quoi ?
– Beaucoup de choses…
– Tu réfléchis à quoi ?
– T’as vraiment pas envie de savoir.

Et si je te disais vraiment, mais vraiment, pour de vrai, concrètement ce qui me passait en tête? Et si je te disais que je brûle d’envie de te dire « merde », de te faire mal, de te lancer toutes tes balivernes au visage, de t’engueuler pour ne pas être assez homme pour même pouvoir m’accorder l’unique chose que je te demande: un minimum de respect pour « savoir », savoir de toi. Je ne peux t’interdire tes frasques. J’ai fait la paix avec cette blessure. J’ai atteint la conclusion que tes gènes, ton ADN, ton code chromosomique, tout ce qui fait de toi un humain semble ne pouvoir se passer de cette saleté. Que dis-je! Pardonne le terme. « Habitude » serait plus approprié n’est ce pas? Ce n’est pas moi le problème. Des mois de larmes m’ont conduite à cette conclusion. Ce n’est pas moi le problème. C’est plutôt ton manque de retenu, ta tendance à vérifier ton charisme séducteur, ton penchant pour le malsain, pour la débauche. C’est ça le problème. Ce n’est pas moi ! Je ne t’en blâme presque plus. Bien que je continue de croire que tu aurais pu si t’avais voulu… tu aurais pu si ce semblant d’avenir commun t’était aussi important que tu le prétends.

– Chérie…
– Qu’y-a-t-il?
– Ce serait à moi de te le demander
– Ah bon?
– Sérieusement, parle-moi. Qu’as-tu?

Me forcer au silence est une mort à petits feux. Mais qu’y faire. Te parler ou me taire, c’est bien le même résultat. Tu ne diras mot, ou tu en diras juste assez pour me mettre le sang en feu par les non-dits, les mots nuancés, les propos à sens multiples… Alors autant se taire. Mais cela te dérange quand je me tais. Cela t’embête, te dérange, te démange de ne savoir en vrai mes découvertes, mes pressentiments confirmés, mes doutes affirmés … que tu vas d’ailleurs nier avant même que je ne les énonce.

Ce que j’ai?… Ce que j’ai… Mais rien justement. J’ai les mains vides d’espoirs déçus, de rêves gâchés, de patience non récompensée, d’injures déguisées. Tu prétends si bien… Tu mens si bien… Cela se comprend clairement que je sois tombée dans ce piège. Et Dieu seul sait ce qui aurait pu se passer si ce fameux jour… Mais que dis-je! Suis-je bête? Qu’est ce qui me dit que ta double vie ne bat pas son plein encore plus intensément qu’avant? Qu’est-ce qui me permet de croire qu’un expert de ton envergure se laisserait intimider par une puritaine de mon genre! Que je te dise ce qui ne va pas! Tu le demandes? Non! Tu l’exiges! Car tu ne peux concevoir ne pas avoir le contrôle de tout! Comme si tes escapades ne te suffisaient pas, il te faut aussi avoir à ton actif une ingénue que tes conquêtes peuvent tourner en ridicule durant vos ébats. Que j’ai été bête… Je saigne d’une plaie non-ouverte, une plaie que je ravive à chaque fois que je me permets de faire montre d’un semblant de vulnérabilité…

– Chérie…
– Hm…?
– Je n’aime pas quand t’es comme ca.
– Désolée!
– Mon amour…
– Hm…?
– Tu sais que tu me manques n’est ce pas?
– A moi aussi…

Oui, je me manque à moi aussi. Cette joie de vivre, ce rire spontané, ces petites boules de joies soudaines… Cela me manque aussi. Mais pas pour trop longtemps… plus pour trop longtemps. Je vais apprendre à me faire de ce silence. Oui! Vais en faire un allié, un partenaire plutôt qu’un ennemi. Oui, ce silence que tu m’as poussé à m’imposer, il sera mon amant, mon confident, mon guide. Je te tromperai avec lui. Il me connaitra bien plus que toi. Il ira dans des profondeurs de mon être dont l’accès te sera désormais refusé.

Dans ce cadre si habituel, pourtant si différent, je te regarde… Mais je ne te vois plus… La vie m’offre une porte de sortie. Je m’y jetterai! En larmes, en lambeaux, le cœur en sang, l’âme déchirée… Je m’y lancerai, car je sais que malgré tout, avec toi, sans toi, je survivrai. Mon identité ne se limite pas à tes parcelles de présence. Elle est dans ce qui a fait de moi ta proie parfaite. Ce choix, je le ferai, bon gré, mal gré, et de loin, je t’observerai, car ce sera alors ton tour de te tordre seul dans ton coin. J’espère qu’alors tes cumuls en vaudront la peine! Vois-tu, même au fond de ma peine, je sais me montrer humaine, même envers ton engeance. De loin, je pourrai peut-être te pardonner, mais en attendant ce jour, je dois quand même te remercier de m’avoir transformée, d’avoir contribué à métamorphoser la petite fleur fragile des champs en chêne magistral pouvant tenir tête aux ouragans. En cela, oui tu m’as été utile. Les larmes n’ont pas été veines.

Je te regarde… Et tout à coup, je souris. Nos regards se croisent et dans le tien, je lis des lendemains où mon angoisse se fera tienne… Je souris, tu frémis et alors, rien qu’alors, tu comprends l’étendue de cet amour s’étant mué en ce quelque chose ne s’apparentant même pas à la haine, mais tournant plutôt vers… de l’indifférence.

Les cloches de mon église (souvenir 12.01.10)

Ding! Dong!

J’ai toujours pris pour acquis la musique des cloches, m’énervant même certaines fois quand elles me tiraient du sommeil, me rappelant l’heure, me forcant illico à me préparer au risque d’arriver en retard à ma rencontre du dimanche matin.

Ding! Dong!

Ces fameuses cloches, portant tous les noms dans les moments de colère ! Elles m’ont manqué plus que je ne l’aurais cru possible. Je m’etais habituée à leurs vacarmes, à leurs joies imposantes… Mais pas à leur silence…

Ding! Dong!

Ces chères cloches de mon enfance, ces amies à distances berçant mon adolescence, j’ai cru les perdre à jamais quand la terre s’est mise en colère. Leur silence, s’ajoutant aux morts du cimetière qu’était devenue ma ville, m’a dechiré autant que les cris des survivants.

Ding! Dong!

Les cloches de mon église! J’ai pleuré en les entendant à nouveau… Même virtuellement. J’ai tressailli en les voyant réapparaitre dans le ciel de mon église comme un signe d’espoir, comme une étoile ne craignant ni soleil, ni lune.

Ding! Dong!

Mes chères cloches, amies de toujours, symbôle de resurrection, mon coeur vous accueille comme un rappel que la vie reprend toujours. De près, de loin, l’étendard de votre clameur, baume à mon coeur meurti, sera le dernier cadeau de cette terre à une âme endormie.

D’ou je viens, nul n’est à l’abri

D’où je viens, certains mots sont permis. Certains noms sont acceptés, même si non acceptables. Une jeune fille atteignant l’âge qu’on dit mûr se retrouve affublée de sobriquets les uns plus dénigrants que les autres. Et la société trouve cela normal ! C’est comme un rite de passage sans lequel on ne saurait vraiment dire avoir « grandit ». Un jeune garçon dont la voix change d’octave est traité comme un jeune poulain sur le point d’être lâché sur une meute. Gare à lui s’il ose, ne serait-ce même que par erreur, laisser croire qu’il aurait des vues plus élevées que de faire la chasse aux porteuses de jupons.

D’où je viens, une jeune-femme est quasi harcelée de toutes parts … non pour parfaire son éducation et atteindre un certain niveau d’indépendance ! Mais non ! Quelle idée ! Ce serait la laisser se remplir la tête ou pire se gonfler d’orgueil. Elle doit invariablement apprendre l’art de plaire et décocher au plus vite, le plus tôt le mieux, une partie prometteuse portant nom, fortune et, si possible, bonnes manières, bien que cela semble avoir de moins en moins d’importance. Un jeune homme est presque forcé  à « monter » tout ce qui bouge sur 2 pieds et possédant seins et réceptacle d’éjaculation. Faut bien qu’il s’entraine ! Il ne peut se permettre le luxe de trainer la race masculine dans la boue en agissant en rabat-joie, jouant au pudique, faisant montre de respect et d’attention pour la gente dite faible.

D’où je viens, une femme atteignant un certain âge, mariée ou non, mère ou non, bien placée ou non,… peu importe les paramètres analysés ! Une femme se fera quand même étiquetée comme une marchandise de super marché. Une femme ? Elle n’est autre qu’une « pondeuse », sinon elle est une « bonne à rien ». Vite qu’elle se case et se mette au travail ! Son avenir est scellé dès la découverte de son sexe à la naissance. Qu’elle ne se permette pas de contredire sinon gare aux épithètes ! Et même là encore, elle ne saura y échapper. On la dira coquine et aguicheuse si elle prend soin de son corps. On la dira indigne si elle porte des vêtements un peu trop affichants. On la dira trop imbu d’elle-même si elle garde un certain train de vie sans se faire salir par les soi-disant maitres de ce monde. On la dira sournoise si elle préfère rester loin du feu des projecteurs. On la dira fainéante si elle reste à la maison s’occuper de ses enfants. On la dira prostituée si elle ose braver la société et prendre soin seule de sa progéniture…

D’où je viens, un homme se mariant tôt est aussitôt tourné en ridicule parce qu’on lui reproche de vouloir limiter le partage de son « expertise » en négligeant les potentielles candidates en mal de ses soins. Il est poussé de toutes parts, en plus de la génétique, à aller voir ailleurs, à chercher ce « feeling » que seul l’interdit peut procurer. La marque d’un homme avec un « H » ? Elle se résume par le nombre de conquêtes : les conquêtes du jeune âge pour le débroussailler ; les conquêtes d’un âge plus mûr pour parfaire son éducation et son aisance de la chose ; les conquêtes d’un certain âge lui permettant de clore le chapitre fallacieux de l’avant-désir-de-couple. Et enfin, mais surtout, les conquêtes de l’après concrétisation de ce désir de couple, car il faut bien démontrer qu’il ne peut être enfermé dans un quelconque carcan ! Oh que non ! Un homme, un vrai, ça ne s’attache pas qu’à une seule compagne ! La principale est là pour un rôle précis. Les autres… ben les autres servent à nettoyer la tuyauterie et aussi, mais surtout, à maintenir en vie la réputation d’Homme avec grand H qu’il a construite au cours des années.

D’où je viens, une femme cocue est affaire courante, rien de bien sérieux, un article de plus dans un journal, une lettre de plus à la poste. Pas de quoi en faire un plat. Du petit ami trompeur à l’époux baladeur, qu’elle n’ose se plaindre puisqu’elle a été honorée du titre de « Porteuse Principale ». Et qu’elle n’ose même pas rêver faire de même ! Oh que non ! Sinon gare aux surnoms pour qualifier ses mœurs légères !

D’où je viens, un homme cocu ? Serait-ce un « extraterrestre » portant peau et chair pour se faire passer pour un humain, mais n’ayant obtenu le manuel nécessaire pour savoir comment agir et rétorquer proprement à pareil affront ? Qu’il traine lui-même partout n’est pas problème ! Mais qu’il ose, ne serait-ce qu’un instant, envisager la possibilité d’être cocu… Une guerre est déclarée, sans relâche, sans trêve, sans précautions pour les parties non directement concernées. Mais c’est la guerre quoi ! Si une bombe explose un frère, une sœur, un enfant, mais on s’en fout ! La guerre vous a-t-on dit !

D’où je viens, une femme, ça encaisse. Dès qu’elle réagit, catastrophe nucléaire, armements sortis, orages et cataclysmes !

D’où je viens, un homme, ça impose. S’il reste calme et tente un semblant de compréhension, c’est le débalancement mondial… Ou de manière plus commune, il a quelque chose en tête et se cherche une proie.

D’où je viens… Je ne trouve plus les mots. Ils me font soudain défaut.

D’où je viens… C’est le monde totalement à l’envers. Rien n’est certain et aucune règle ne tient la route.

Love war: untold story of a hidden world

I love you”, he says

What do you know about love?”,  she asks

When I look at the things I do and the way I feel, I just know”.

Love is not putting me on hold to handle your own things. Love is not having your way and leaving me on the side guessing. Love is not coming to me for sex and getting mad at my lack of reaction. Love is most certainly not disregarding my pain, minimizing the way I feel, saying whatever comes to your mind and expecting me to jump at your approach like a faithful pet. Love is not having me beg for attention”.

Come on! I don’t do these things. You know I care, right? If we do not make it, then I am done with relationships”.

She turns and looks at him, her eyes holding a sad smile

I have heard these words before. Yet here is the problem: they are nothing but words. Facts have proven otherwise. When you do care, you don’t just say it, you become it in the way you talk, in the way you act, in the way you live. When you do care, you don’t keep certain things out of sight <in case you run dry>. When you actually do care, the object of said care comes first no matter what, no matter when, no matter how. When you do care, you focus is not <elsewhere>, it is <here>.

Words and Thoughts Unveiled

Words leave scars light as feathers and deep as tortured wounds… Creating scattered memories that are pinned between darkness and light. Words have the power to remove the flesh from your back, carving in deep resentment and hurt. Some words lightly caress your inner confidence others destroy it with the blow of an atomic bomb. Hiroshima words that leave out marks for generations to come. Others are sweet to the soul, soothing and comforting. Oh the power of words over you! Words often speak louder than actions. They can bleach out the color from you cheeks, or delightfully blush them as they fall from beloved lips.

Cath Vilbrun

Thoughts kill, thoughts heal. They are the shadow blocking our way, or the mirror shining from our inner light. Their power is ours to give. Taking this in full account is the only way to free our soul axnd let our full potential bloom.

Shed Montfort

Words… Thoughts… all Unveiled!

A l’envers

Je suis d’un lieu
Où les formes et les ombres
Ont une vie qui leur est propre
Le soleil brille la nuit
La lune est reine du jour
Le fou est celui que l’on suit
Et le sage est mis en déroute
L’amour est une notion farfelue
Perçue dans les livres et les contes de fées
L’amertume est la potion de tous les jours
Bue volontiers
Par désespoir

Je suis d’un lieu
Où un mot de gentillesse
Est comme maladie dans les os
Où la valeur d’un être n’est point remarquée
Si non ternie par la ruse
Et rendue impure
Peu importe les pierres déplacées
Les montagnes réunies
Rien n’est jamais assez
Puisqu’un grain sable minuscule
Peut causer la ruine de n’importe quel château donné
Et le voir s’effriter à néant

Je suis d’un lieu mis à part
Un monde qui se dérobe
Laissant filer le temps
Je suis d’un lieu
Dans lequel le cœur est pèlerin
Dans lequel le “chez soi” est un rêve
Et le «moi», inexistant

(…) amertume (…)

Le rêve perdu laisse un goût amère
Que l’on traine derrière soi
Inconsciemment le long des siècles
En silence on s’avance
Croyant avoir grandit
Mais au fond on se lance
Comme un défit à l’infini

Le rêve perdu laisse un goût amère
Pareil au sang versé
Sur un autel sacrilège
Le coeur a beau se resaisir
Mais quand vient la nuit
Les ombres font la fête
Les monstres pointent leur tête

Le rêve perdu…
Rêve confus
Un réel en lambeau
Une âme en sanglots

Extraits de “Ironie et Sarcasme

Your Journey

Some things are just not meant for you, even if they seem like “the” thing of the moment. Listen to the signs and admit to yourself that you are destined for something else. Let go and move on.

Don’t be angry or bitter. Anger and bitterness, or even forcing your path to follow the exact pattern of another’s, will only lead to frustrations and to the impairment of your essence. Face the fact that your path simply doesn’t include such occurrences. No matter how fulfilling it may appear, if it isn’t meant to be part of your journey, it will one day blow away.

You are You. Your path is yours and yours alone. Listen to the signs. Simply wish well and move on.

Growth

I have always hated my father
Yet the best part of me I took after him
Writing!
What makes me who I am.
What gives me strength
What helps me face the day
What allows me to breathe

I have always hated my father
Yet I have started a journey
In which I must accept all parts of me
If I want to be whole
I must embrace my flaws, my weaknesses,
Those dark spots I am so ashamed of

I have always hated my father
And that sentiment has gotten me bitter
Bitter to the point where all fatherhood bearers
Were nothing more but devils in disguise
Yet I am taking on a new aspect of this figure
Looking at a the other side of the coin
The side from which all men aren’t pure evil
No matter their vices, no matter their misdeeds

I have always hated my father
Yet I have grown to see him as a human being
With his own pain and shattered dreams
With his turmoil and low self-esteem
And today I dare say
That I have learned to love him
For that part of me
Without which I would be incomplete
For that dream in me
A dream one day I will complete

Faded

Sad but fighting
Glazed but shining
My inner turmoil locked away
I gaze at all seeming to phase

I shake and hurt
My dreams shattered
My longings disregarded
But I hold my head high
Walk as though queen of my world
Even though inside I am crumbling

I laugh, I talk
I shout, I retaliate
To the untrained eye
Nothing seems out of place
But as I seek to hide
My light seems to deem

A phoenix, a fire
That’s what they see
A sun rising, a power
Perhaps I might some day be
For now I keep my secret
Safely away
That of a child wishing for a new day

Faces of Lies

Lie to me. Please keep on lying to me. I will force myself to smile. But bear in mind that I will be watching.

Lie to me. Please keep on lying to me. I will not fight. I will not make a scene. I will act as if I do not know what each of your attempts means.

Lie to me. Feel free to lie to me. I am after all yours to do as you see fit, to turn around as a puppet only meant to do your will.

Lie to me. Yet when I do see fit, when the time, MY time, is right, I will rip your skin bit by bit, slowly tearing you open, piece by piece. Not with my bear hands! Oh no! I am not that savage. But with a need of me the selfless junkie in you will only understand when I suddenly vanish out of your hands.

Welcome to the Puppet Show…

Play your cards right and you get to be the rising glory of the puppet show.  You’re cast for the lead role.  But first they must prepare and fix you for the scenes.  You are presented with a vast wardrobe of items to choose from.  You can wear a jacket of fear, or a hat called mediocrity.  You will also find several pair of gloves named violence, in different shades and textures. There are boots made of selfishness and domination, and light slippers of indecision.  There is almost anything you could possibly imagine, even exotic scarves made of silky resentfulness and jewelry made of golden avarice and a precious stone called greed.

You are dressed up and your mouth is fueled with words to say.  Your gestures are rehearsed to reflect the reality you are to reenact:  their own.

Lights! Camera!  Action!

It’s time to enter the stage.  Your face hidden under a heavy mask of makeup, you feel ever so confident to face the audience.   So you think.

Behind the scenes, the entire crew encourages you enthusiastically, all the while, pulling the strings on your puppet soul. Caught in the act, you give out a brilliant performance: the one called shedding oneself.  You have been the clown.  You have made them laugh and made them cry.  The crowed loved you, because you made sure to never touch deeply.  All you had to do was to display your flaws, making them enviable, becoming the mascot of a decadent society.  It’s a tragic-comedy where your audience both lightly cries and takes a deep laugh… at themselves mostly!

But for the slightest of moments, you are frozen in your act, as a little voice inside reminds you that this scene is not yours to play.  As the curtains fall down and the director yells “cut”, what else remains under the mask but you?….

Text by Cath Vilbrun, from Unveiled

Dilemme des temps…

La femme dit: “Je ne veux pas
L’homme entend: “Insiste! Je ne fais que jouer à la difficile
La réalité – elle exprime son désir; il impose le sien;
Le respect mutuel? Une notion connue?

La femme dit: “J’ai mal
L’homme entend: “Je ne cherche que de l’attention
La réalité – elle s’exprime; il minimise;
Le support mutuel? Une option?

La femme dit: “Tu m’as blessée
L’homme entend: “Mais t’es con ; tu ne me sers à rien
La réalité – elle s’exprime; il se mure dans son orgueil, prend tout en insulte;
La compréhension? Une parodie.

La femme dit: “J’en ai assez
L’homme entend: “Je ne suis pas satisfaite; je veux plus
La réalité – elle se renferme un peu plus chaque jour; il pense qu’elle a finalement compris le message de le laisser vivre à sa guise;
L’engagement mutuel? Un mythe?

La femme dit: “…”
L’homme… il se questionne; ce silence soudain, il ne sait qu’en faire.
La réalité – fatiguée de son écho, elle s’éloigne de la source; transformé en écho, il l’a repoussée bien plus loin qu’il ne croyait possible.

Et ainsi, le gouffre s’approfondit, elle trop peinée pour essayer d’y remédier, lui trop gonflé pour s’en apercevoir. Et ainsi, “ils vécurent… heureux?… jusqu’à la fin des temps… chacun de son côté“.

L’homme dit: « les femmes sont ingrates, insouciantes, égoïstes et manipulatrices. »
La femme… elle sourit à l’écho de l’écho, comprenant enfin que l’écho, pareil à un miroir, ne pouvait projeter qu’une image de lui-même.
La réalité – bien des femmes finissent désabusées; bien des hommes n’ont de compagne que leur orgueil;
La communication réelle, concrète, sans les egos? Apparemment oubliée dans les livres d’un temps longtemps disparu.

Labels

Life is the teacher. I am a student.

1) I always have a choice. I can either focus on what is important to me, or allow fear and madness to paralyze me.

2) what I label as “important”, what I give top priority to is what I will risk my life for no matter the consequences.

3) regardless of what is going on around me or inside me, my top priorities will be what I will focus on, what I will fight for, and most importantly, what will give me the needed resilience to carry one.

Lastly, being in a sort of “dependant” situation helped me discover the people around me. I like to use the word “categorize”. It helped me categorize those around me. Make no mistake! Those you would have thought to bleed for are often not the ones who will reciprocate. And those that remain in the shaddows, following you from far, those are often the ones to reveal themselves as the most surprising life-givers.

Oh and you know that little thing we hear often? That Karma is always in action? That good-deeds are never lost but simply stored till the time is right for them to bounce back at us? Yes! That little thought! Never forget it! Because the same burn you felt when you shared your heart helping another soul, that same burn will be felt when you will need a heart to be shared with you. And that’s what we call “miracles”.

2017 Agenda / Journal Quotes (3)

untitled

Why give a negative person so much power over you that it troubles your sleep? You have what it takes to counterattack! Nope! Not by displaying same troublesome behavior or making a scene, but by coating your inner world so the negative thoughts simply bounce back. Your inner peace is far too precious to be wasted on unworthy matters.

Keep your worth in mind! Remember how far you came from! Your job is not to “show you can handle it”, but to grow from within and not just according to the rules of a society on the verge of exploding. Don’t lower yourself to feed the already wicked self-esteem of a vulture.

2017 Agenda / Journal 

Je choisis d’être Handicapée Extraordinaire

Fort souvent, ballotés de part et d’autre dans notre parcours, nous oublions l’essentiel. Je l’ai vécu oh combien de fois. Il m’a fallu rencontrer ma mort une énième fois, plus directement cette fois, découvrir mon essence et déterrer cette force dormant en moi pour enfin me rendre compte du gaspillage inconscient et involontaire (supposément) que je cautionnais.

Nombre marchent, bougent, rient, se marient, font des enfants, fondent des compagnies… mais ne sont guère en vie… Une fois le « spotlight » enlevé, ils se révèlent des caricatures aussi vide qu’un bonhomme de bois, des pâles reflets de l’image projetée. Nombre de jeunes portent des blessures immenses, mais le droit à la guérison ne leur est pas accordé parce qu’alors il faudrait tout réviser, tout remettre en question. Je dis bien « accorder » parce que le nombre à avoir réussi à exorciser leurs morts est si minime que quasi insignifiant. Notre société porte des maux, ou plutôt nourrit des maux, que beaucoup refusent à nommer parce que si cela se fait, ils devront faire face à leurs propres angoisses, à leurs squelettes cachés, à leur vide de sens.

Je ne sais comment j’ai survécu. Je ne sais comment j’ai pu faire montre de pareille résilience. Certains croient que je suis quelque peu extraterrestre. D’autres s’attendaient hypocritement à ce que je craque rien que pour le plaisir de leur chaos intérieur, de cette malsaine tendance à se soulager dans et par la douleur d’autrui, de trouver son importance dans le désastre s’abattant sur l’autre.

J’ai si longtemps cru en des balivernes… des mensonges que certains parents blessés dans leur intimité voulaient calquer sur ma personne. L’amour filial m’a sauvé bien des fois. L’amour pour l’humanité m’a maintenu en vie. L’amour de moi-même m’a permis de m’accepter. Il m’a fallut 34 années pour finalement me voir différemment… et c’est long 34 années quand on ne se connaît. Mais au bout du compte, il me fallait ce voyage pour découvrir l’être que je suis, cet être dépassant les bornes de ce corps qui m’abrite.

Je Suis Extraordinaire! Pas parce que ma réputation est intacte, pas parce que mon compte bancaire explose, pas parce que je possède le réseau le plus performant ou le plus actif, pas parce que je suis une beauté selon les canons de la mode, pas parce que j’ai un corps parfait, pas parce que j’ai diplômes et position assurés au niveau de la société. Non ! Rien de tout cela ! Je suis plutôt à l’inverse de ces critères. Je ne suis pas une beauté, n’ai pas un compte explosant, je n’ai pas un corps parfait et suis d’ailleurs maintenant handicapée, je n’ai ni diplômes, ni grande position et encore moins renommée éclatante. Pourtant je suis Extraordinaire. Pourquoi j’ose le dire? Parce que je suis en vie, réellement EN VIE, consciente de l’être cette fois. Et mes cicatrices font partie de mes plus grandes richesses parce que preuves de cette vie. Ne vous y trompez pas! J’aspire à de grandes choses humainement. Mais mon “Extraordinairisme” ne se limite plus au monde matériel, peu importe son importance. Je me suis rencontrée et je ne me connaissais pas pareille force, pareil caractère, pareille résilience, et définitivement pas cette puissance à dominer les circonstances.

Je suis Extraordinaire, Phénoménale dans mon essenceTout comme Vous! Peu importe la situation, peu importe les larmes et les souffrances, il y a ce petit quelque chose en chaque être que le monde, ou plutôt la folie du monde, tente d’étouffer et arrive même à étouffer sous des couches de balivernes, sous des exigences qui permettent d’émerger de la foule ou encore [et aussi] de s’y noyer comme dans les mouvements d’une vague.

Dans notre jeunesse, nous nous imaginons la vie noir ou blanc, une ligne droite menant à nos rêves, à nos aspirations profondes. En grandissant, nous nous rendons compte que pas mal de facteurs influent nos perceptions, nos aspirations, nos désirs, notre détermination, jusqu’à notre désir de vivre. La peur et la honte sont le lot de tellement de personnes. Le plus cruel en tout cela, cette peur et cette honte sont si souvent injustifiées, injustifiables, calquées sur notre personne par d’autres pour qui tourner la vie d’autrui en médiocrité est le but ultime. Nous ne pouvons nous libérer de ces chaines du jour au lendemain. Mais en prendre conscience est une première étape. Maintenant il faut choisir de se libérer. Choisir de reconnaitre son unicité, choisir d’Etre cet Extraordinaire même dans les petites choses de tous les jours, dans ces petites choses ordinaires, ne point attendre d’être au devant de la scène pour éblouir, mais briller même dans son petit coin. Une toute petite bougie ne fait-elle pas un monde de différence une fois allumée dans une salle où régnait l’obscurité ? Lui faut-il vraiment attendre de devenir flambeau pour être utile ? Je vous laisse répondre.

Ce texte n’a pas pour but d’impressionner, mais celui de me rappeler le chemin parcouru, l’importance ou plutôt le symbolisme de mes cicatrices, et surtout l’opportunité offerte par l’obtention de cette nouvelle vie, de ce nouveau sang. Ne vous méprenez pas! Je ne parle pas religion, ni même spiritualité. Je parle de vie comme une rescapée d’une agression armée. Je parle de sang comme un être s’étant vidé du sien après une blessure et ayant bénéficié d’une transfusion. Mais je parle d’Extraordinaire comme un être ne se connaissant cette force de résilience, ni cette détermination à dépasser les pronostics et pouvant à nouveau se tenir debout malgré tout.

Point de non-retour

Quelque chose m’avait réveillée… Je sentais une lourdeur sur ma poitrine, comme un bloc de je-ne-sais-trop-quoi. J’étais allongée sur le dos, les pieds sur un oreiller, les bras au dessus de la tête, la poitrine en évidence. Ça faisait un mal de chien ! J’essayai de me retourner et il semblerait que je me sois endormie ou que j’aie perdu connaissance… Je ne sais… Mais je repris connaissance ou me réveillai (que sais-je) un peu après. Je me redressai avec beaucoup de peine. J’avais du mal à respirer. Une compression intense empêchait l’air de circuler librement. Je changeai de position, me glissai vers l’oreiller et me mis sur le coté gauche. Non, mais vraiment ça faisait mal ! C’était quoi ça ??? Etais-je en train de mourir ou quoi ? Seule ?! Vraiment ? Sans que personne ne le sache ? Une courte prière me vint à l’esprit et j’inspirai aussi profondément que me permettait le barrage emprisonnant mes poumons. Je me tournai sur le ventre. Mauvaise idée ! Non seulement je respirais mal, mais cette douleur au dos… On dirait presque que quelque chose me transperçait et me brûlait l’omoplate au passage.

Je gémis… Je me mis sur le coté droit… Aucun changement… Je m’assoupis un moment je crois, puis la douleur me réveilla à nouveau. J’essayai dans la mesure du possible de trouver une position relativement confortable pour supporter le reste de cette nuit troublante… A ce moment de faiblesse là, rien que pour un instant, j’aurais bien aimé être blottie dans les bras de ma mère, ou même de ma grand-mère… Mais me voir dans cet état, l’une et l’autre auraient pété les plombs. Je ne sais le nombre de fois que je m’endormis et me réveillai, toujours en proie à cette douleur étrange me faisant sentir qu’une part de moi se détachait… Au bout de ce qui me sembla une éternité, le réveil sonna. ENFIN ! Je pris le téléphone et envoyai un message à mon médecin… Je lui relatai ma nuit et comme pour faire écho à mes craintes, il exigea que je me rende sur le champ à la clinique. Ça allait bon train ! Mon médecin, faisant montre généralement d’un contrôle de fer, laissait passer des émotions… Ça fait peur ça.

Le plus dur maintenant, me lever, me préparer, ne pas paniquer et ne pas provoquer une émeute chez moi. Debout devant le miroir, je me tenais la tête, tremblante, le souffle court. Faut pas que je craque ! Faut pas que je craque ! Ca va aller ! Ca va aller ! Le plus dur est passé. Il fait maintenant jour. Il me faut juste retrouver le contrôle de moi même et prendre le dessus de cette chose. J’avais mal, j’avais peur, je grelottais, j’avais une folle envie de sangloter. Mes mains tremblaient, j’étais parcourue de frissons et mes jambes semblaient vouloir céder sous mon poids. NON ! Rien de tout ça ! Suis une guerrière ! J’ai l’âme d’un soldat ! Alors au pas ! Les ordres étaient clairs ! Me pointer à la clinique illico presto et ne rien dire pour ne pas créer la panique avant d’avoir connu le verdict réel sur le phénomène… Vu qu’il avait déjà emprise sur moi, autant faire de mon mieux pour garder les idées claires et m’épargner le tohubohu qui règnerait en cas d’annonce hâtive.

La douleur au dos continuait. Je ne pouvais bouger sans qu’elle ne me rappelle sa présence. Je m’installe dans la voiture avec peine, mais garde le sourire. Personne ne soupçonne l’intensité de mon angoisse. Parfait ! Je tiens bon et réprime autant que possible les grimaces de douleur. Je n’ai pas l’esprit aux plaisanteries, j’ai d’ailleurs perdu mon sens de l’humour sur le coup. J’ai le souffle court, mais bon ! Je tiens du mieux que je peux. Je n’allais tout de même pas me mettre à rechigner. Ce n’était pas mon genre.

Une fois sur place, sans même voir les autres malades, le médecin me fait passer en priorité en salle de consultation. Je lui pose la question à plusieurs reprises, mais il évite de me donner réponse directe… Ce qui n’est guère dans ses habitudes. Cela renforce donc ce qu’en mon fort intérieur je savais déjà. Roulement de tambour s’il vous plait … J’ai eu droit à une mini-crise cardiaque ! Si si si ! J’avais les signes classiques d’une mini-crise cardiaque, en témoigne cette douleur lancinante au dos qui ne se calmait pas. Provoquée par …? Qui sait ? La pression que j’endure depuis Septembre ? Ce trouble intense qui m’occupe l’esprit depuis Novembre ? Ce chamboulement intérieur depuis fin Janvier ? Cette angoisse latente depuis mi-février ? Ou serait-ce la mort d’un ami cher il y a deux semaines qui aurait contribué à faire pencher la balance et à jouer le rôle de la goutte d’eau ? Je ne sais et ne saurai probablement jamais. Toujours est-il que mon cœur lui, il m’a clairement dit qu’il était fatigué. Fatigué de se ronger les freins, de s’en faire, de se rompre les veines pour des insouciants qui, semble-t-il, se refusent à admettre l’ampleur du drame causé, l’esprit trop occupé par des faits plus… « bandants » ?

Les résultats des examens exigés me mettent face à un scenario auquel je ne m’attendais guère. Suis sous le choc ! Ok, je l’admets, j’ai été négligente et le stress, l’insomnie, mes nerfs à vif, mes pensées en ébullition, tout ça n’aidait pas, mais de là à en arriver là… « Agis en adulte et reprends toi ! »… Temps mort ! Freins redressés en urgence… Silence… Suis abasourdie… J’ai les oreilles qui bourdonnent soudain… Excuse moi ? Je crois avoir mal entendu ! « Agis en adulte et reprends toi ! »… He ben… Je ne m’attendais pas à celle là ! Quel toupet ! Quelle audace ! Quel manque d’égard et de considération. « Agis en adulte et reprends toi ! »… ??? Ha bon ? D’accord alors! J’agirai donc en adulte et me reprendrai en main en commençant par rompre certains liens, par mettre un terme à certaines insultes que je permettais, certains écarts qui me crevaient, mais que je me forçais à ne pas pointer et à passer sous silence par égard pour… Mais pourquoi vraiment ??? Je n’arrivais même plus à répondre.

« Agis en adulte et reprends toi ! »… Un frémissement me déchira l’échine. Merci du conseil ! Ce sera fait dorénavant ! Je vivais une illusion et étais bien la seule à blâmer. Nul besoin de me voiler la face ou de jouer avec les mots. J’ai accepté tant et tant de choses qu’évidemment un petit écart de plus ne saurait déranger. Et comment ! Je me suis laissée couvrir de ridicule dans tant de situations qu’une de plus, une petite remarque de rien du tout… Qu’était-ce face aux tromperies, aux cachoteries, aux appels voilés, aux photos cachées, aux messages codés ! « Agis en adulte et reprends toi ! » En effet, je n’agissais pas en adulte en me laissant ainsi trainer par le bout du nez ! Il me fallait bien cette crise cardiaque pour me faire prendre conscience de l’ampleur du drame. Les brûlures ressenties en Septembre n’étaient que des signaux d’alarmes ; les palpitations de Novembre des panneaux indicateurs ; les picotements de Février, l’ultime drapeau marquant le point de non de retour. Et me voilà face au fait accompli ! Une crise cardiaque, couronnée d’une remarque pleine de désinvolture, comme si les pensées noires me tenaillant ne trouvaient leur origine que dans mon imagination un peu trop fertile, dans ma sensibilité ridicule de femme.

Non, je ne me concentre pas que sur le coté noir des choses. Non, je n’oublie rien des efforts consentis, ni des gestes posés. Mais cela n’efface en rien les marques portées, ni cette expérience à laquelle j’aurais préféré ne point gouter. Je ne suis pas de ces femmes qui aiment à jouer les martyrs. Je ne suis pas de ces femmes tentant tout rien que pour un sourire. Mais il est vrai que tu as du me confondre avec elles de part mon apparente soumission et ma passivité. N’ayant guère sentie le besoin d’être agressive, je t’ai sans doute donné une image fausse de celle que je suis, celle que j’ai toujours été, en tout temps et face à tous. Je me suis en effet sous estimée, te portant toi aussi à le faire. En cela, je suis tout autant fautive que toi.

« Agis en adulte et reprends toi ! »… Ainsi soit-il ! Ainsi en sera-t-il donc ! J’agirai donc en adulte et me reprendrai en main ! Ne t’en inquiète guère ! Je te rendrai fier ! A chacun ses priorités ! Alors moi, je redeviens la mienne !